• 2648 visits
  • 20 articles
  • 549 hearts
  • 675 comments

"Non, je ne veux pas, je ne veux pas, j'ai trop peur" 03/06/2016



-"Rose, Crash, Gaëlle, tu prends OZ, Laurine Dollar et Tess tu prends Calypso", annonce Antoine.
-"OK !" confirme Gaëlle avec joie, en sautillant sur place. 
 
Laurine, comme à son habitude, quitte calmement la pièce chercher son cheval, la boule au ventre.
 
Rose et Tess se dirigent vers le pré, discutant de leurs anecdotes de la semaine, tout en enfilant le licol à leurs chevaux.
 
Pendant que les filles préparent leurs chevaux, Antoine remplie la fiche de monte pour les 4 heures de cours suivantes. La tête penché sur la feuille, concentré sur les choix des montures, Antoine ne voit même pas Astrid, la palfrenière, entrer dans le bureau.
 
-"Bonjour Antoine ! Alors, t'emmènes les filles au cross aujourd'hui ?", lance la grande rousse.
 
Le jeune homme prend enfin conscience de la présence d'Astrid et lui répond donc :
 
-"Bien sûr ! Pour une fois qu'il fait beau !" 


"Non, je ne veux pas, je ne veux pas, j'ai trop peur"




Trois quarts d'heures plus tard, les filles sont sur le terrain de cross, finissant leur détente au galop. Antoine demande alors à Rose de se lancer sur deux obstacles en bois, qui pour rien au monde n'auraient effrayés le bel isabelle; rien ne trouble ce bel étalon à la robe doré. 
 
"Non, je ne veux pas, je ne veux pas, j'ai trop peur"


 
-"Très bien Rose, à toi Laurine !"
 
La jeune fille lance sa monture au trot, le trac jusqu'au menton... Elle demande le galop à sa monture, pas très sûre d'elle. L'hongre le comprend bien, et lui fait comprendre, il tente de lever les fesses.
 
-"Redresses toi, Laurine !" Crie Antoine.
 
Une fois Dollar re-cadré, le moniteur demande à Laurine de se lancer sur le petit enchainement de deux obstacles.
 
Laurine se met à galoper, se dirige vers le premier tronc... et s'arrête. Pile, là, devant l'obstacle. 
 
Antoine se met la tête dans les mains, comme à son habitude quand Laurine refuse de se faire confiance....
 
-"Pourquoi tu t'es arrêtée, Laurine, hein ? Il était bien là, Dollar !", questionne Antoine
-"Non, je ne veux pas, je ne veux pas, j'ai trop peur."


Le professeur fait donc signe à Laurine de se mettre sur le côté, au plus grand regret de Dollar, qui ne pourra sûrement pas sauter aujourd'hui.
 

"Non, je ne veux pas, je ne veux pas, j'ai trop peur"





C'est au tour de Gaëlle de se lancer, les crins d'OZ aux vent, enjambe le tronc comme si il avait 1m à sauter ! Pendant que Gaëlle retrouve son équilibre, Tess enchaîne également  les obstacles avec Calypso.
 
"Non, je ne veux pas, je ne veux pas, j'ai trop peur"




OZ n'est pas très doué en saut, mais il apprendra avec le temps !  Ca ne fait pas très longtemps qu'il s'est mit au saut, étant plutôt un cheval de loisir et surtout de balade.


Après plusieurs tours sur le mini-parcours, les cavalières rentrent au club par le petit chemin de forêt.

"Non, je ne veux pas, je ne veux pas, j'ai trop peur"


 

Elles dessellent leurs chevaux et les remettent au pré après un bon pansage; et Laurine doit encore mentir à sa mère en lui disant qu'elle a bien sauté...
 
 

"Il ne faudra pas les séparer pour les jours à suivre ou ce sera la fin!" 14/06/2016

Un crissement de pneu, des hennissements interpelant : ça y est, elles sont là.
 
Cela faisait 2 semaines que le Haras de la Rose attendait deux nouvelles ponettes qui allaient bientôt rejoindre les autres équidés du centre. Les deux perles se nommaient Cerise et Dance, cette dernière ayant un prénom prononcé à la façon anglaise ! L'une, une ONC de 7 ans et l'autre une petite fjord possédant du sang de shetland âgée de 4 ans.  
 
"Il ne faudra pas les séparer pour les jours à suivre ou ce sera la fin!"


Une grande partie des cavalières attendent à l'entrée du Haras, impatientes de voir les 2 nouvelles têtes. Matthieu, un licol à la main, ouvre la porte du van et descend une première ponette, d'une magnifique robe baie cerise. Celle-ci hennit, appelant sa copine, toujours dans le camion. Matthieu l'accompagne au paddock, où les nouvelles ponettes passeront leurs premières nuits. 

"Il ne faudra pas les séparer pour les jours à suivre ou ce sera la fin!"




Cassandre, arrivant juste à temps pour voir la seconde jument faire son entrée, assiste au concert de Dance qui recherche Cerise. 

 

Le moniteur amène donc la belle fjord dans l'enclos, où les inséparables se re-collent déjà.

"Il ne faudra pas les séparer pour les jours à suivre ou ce sera la fin!"


-"Elles ont l'air d'être très amies ces deux là ! Il ne faudra pas les séparer pour les jours à suivre ou ce sera la fin !", lance Antoine, amusé. 
 

Cerise acquiesce avec insistance, agitant sa tête de gauche à droite avant de se remettre à brouter paisiblement, Dance lui gratouillant le dos. 
 



"Il ne faudra pas les séparer pour les jours à suivre ou ce sera la fin!"



 

"Fais lui confiance, Laurine..." 19/06/2016

Media unavailable from mobile.

Laurine serrait ses doigts sur ses rênes, anxieuse. 
"Doucement, non, attend, arrête j'ai peur !", se disait la jeune fille.
Pourtant, le gris ne faisait rien de mal.
-"Détends toi !", conseille Alicia en s'avançant à côté de son amie, "Fais lui confiance, Laurine..."



Alicia lance sa monture au trot devant, le son apaisant des "clic-clac" des lourds sabots de Silver qui martelaient le sol se faisant entendre à 3 km. 
Music, le hongre que montait Laurine, se retenait pour suivre son ami. Il accéléra tout de même le pas, poussant sa cavalière à lâcher un petit couinement de hamster.
-"Ahhh !," hurle Laurine en tirant sur ses rênes, manquant d'arracher trois dents au pauvre Music. 
Alicia se retourne, et fait passer Silver au pas, pour rejoindre Laurine. 

-"Relax, fais comme si tu étais en carrière !", crie Alicia
-"Je préfère encore le manège..." chouine Laurine
Alicia regarde son amie dans les yeux :
-"Écoute, Laurine. Je ne comprend pas. Parles en à ta mère, je suis sûre qu'elle comprendrait... Et puis, tu ne peux pas continuer comme ça !" 

Laurine se met à pleurer, honteuse, "je ne peux pas, elle serai tellement déçue, et je ne te parle pas de mon père..." 
"Viens, on rentre au haras... On parlera de ça à une table, une bonne grenadine à la main, ce sera plus calme" propose Alicia, réconfortante.
Les deux amies se dirigent donc vers le haras, Laurine essuyant ses larmes avec rage sur sa manche. 








"Ah ! Te voilà Julie ! Je commençais à préparer ton poney !" 23/06/2016

"Va voir les poneys, Julie, je te rejoins !", lance la mère de la petite blonde en sortant de la voiture. 
-"OK !", répond la fillette, aux anges. 
 Julie court en direction du portail, qu'elle ouvre très vite et prend soin de refermer :
"Aucun poney ni cheval ne pourra s'échapper comme ça !", pense elle. 
 Elle ralentit le pas une fois arrivée au centre du Haras, pour ne pas effrayer les chevaux. 
Julie s'était renseigné avant de prendre son premier cours d'équitation, et avait lu pleins de livres entre deux entrainements de crawl. 
 
En effet, la petite fille de 9 ans n'était pas une grande passionnée des équidés mais une championne de natation ! Sa mère l'avait inscrite au Haras de la Rose pour la détendre un peu ; l'équitation lui servirai de loisir pour se relaxer. Les compétitions de nage étaient fréquentes et de haut niveau. La souplesse de Julie et ses muscles bien formés pour son âge faisait d'elle une bonne nageuse. 
 
"Ah ! Te voilà Julie ! Je commençais à préparer ton poney !"



La blondinnette pouffa de rire quand elle observa un poulain bai se gratter avec un de ses postérieurs. Caroline la vit à travers la fenêtre du bureau et se leva pour l'accueillir :
 -"Bonjour ! Tu dois être Julie ?", demanda la directrice
-"C'est bien cela", répondit sa mère en arrivant. Elle serra la main de Caroline :
-"Mme Perrin, enchanté" se présenta la mère de Julie
-"Ravie de vous connaître", répond Caroline, "Viens, Julie, je vais te montrer le poney que tu vas monter !" 
-"A toute à l'heure !", murmure Mme Perrin à l'oreille de sa fille avant de repartir vers la voiture. 
 
Caroline guide la nouvelle cavalière à l'écurie des poneys, où Pauline panse son poney, Teddy, un shetland d'une vingtaine d'années. 
 -"Ah ! Te voilà Julie !", s'exclame Pauline, "je commençais à préparer ton poney pour ton premier cours !"
 -"Qu'il est mignon !" marque Julie, en enroulant ses bras autour de l'encolure du doux shetland.
 Caroline s'éclipse pour aller chercher une selle et un filet approprié au poney. Pour l'instant, Julie pose pleins de questions à Pauline. En regardant les autres boxs de l'écurie, la fillette demande :
 -"Pourquoi Teddy est-il seul dans son box alors que les autres ont un partenaire ?"
 -"Teddy commence à se faire vieux, et il a besoin de répit. Les chevaux s'embêtent un peu quand ils sont deux ! Rien de bien méchant ; ils se mordille ou se taquinent, mais Teddy ne supporterai pas." explique Pauline en passant le peigne dans les crins de son poney. 
 -"Je vois... Mais, il s'entend bien avec un autre poneys comme même ?", s'inquiète Julie.
 -"Bien sûr !", répond Pauline, "Tu vois le petit palomino là-bas", dit-elle en pointant un box du doigt, "c'est le meilleure copain de Teddy !"
 
"Ah ! Te voilà Julie ! Je commençais à préparer ton poney !"

"Ah ! Te voilà Julie ! Je commençais à préparer ton poney !"

"Ah ! Te voilà Julie ! Je commençais à préparer ton poney !"

Les deux filles discutent un moment et préparent le poney avant que Julie ne se mette en selle. Caroline tient le poney par le licol, pour initier la cavalière dans des conditions paisibles. Le sourire aux lèvres, cela n'a pas l'air de déranger la jeune fille, qui tient ses rênes de ses petits doigts dans le calme le plus serein. 

 
"Ah ! Te voilà Julie ! Je commençais à préparer ton poney !"

Pauline observe la blonde trottiner sur la piste, le petit poney gris avançant le plus qu'il le peut. 
 A la fin de la séance, Mme Perrin vient récupérer sa fille qui semble satisfaite !
 -"A bientôt !" salue Pauline.
 Julie répond par un signe de la main avant d'attraper celle de sa mère pour traverser la route.
 
-"Elle est gaie, cette petite !" sourit Caroline, avant de se retourner pour enchaîner un autre cours. 
 


"JAMAIS tu ne me feras monter un cheval contre mon gré ! JAMAIS !" 30/06/2016



 
"JAMAIS tu ne me feras monter un cheval contre mon gré ! JAMAIS !"



 
Laurine se perche sur la barrière du pré de Red-Ash et son poulain Look-at-Me. Les deux équidés sont arrivés il y a quelques jours au Haras de la Rose. Le petit poulain âgé de 3 mois tête sa mère avec gourmandise et la belle alezane lève la tête, intriguée par la jeune fille agrippée à la clôture. Le nouveau pré dans lequel sont installés le fils et la mère étouffe d'herbe verte et luisante.
Matthieu tient la jument par le licol en disant :
-"Dans quelques jours, ils auront déjà tout mangé !"
Laurine pouffe et sourit. Matthieu le remarque ; jamais la jeune fille ne s'approcherai de sa propre volonté d'un cheval. Ni s'amuserai d'une remarque amusante de la part du moniteur.
"JAMAIS tu ne me feras monter un cheval contre mon gré ! JAMAIS !"



Le châtain se retourne vers Laurine et lui lance :
-"Tu voudras la monter ?"
A cette annonce soudaine, le sourire de la jeune fille s'efface. 
-"Non, non. Je ne veux pas la monter ! Elle est horrible ! Je n'y arriverai jamais !" crie Laurine, prise d'une colère soudaine, "JAMAIS tu ne me feras monter un cheval contre mon gré ! JAMAIS ! TU ENTENDS ??!!", puis elle se retourne en courant, les larmes lui dégoulinant sur les joues. 
"JAMAIS tu ne me feras monter un cheval contre mon gré ! JAMAIS !"

Surprit par la réaction agressive de Laurine, Matthieu détache très vite le licol de Red-Ash et sort du pré, avec encore une défaite sur les épaules. Il décide d'en parler à Laurent, le directeur du Haras. Le jeune homme lui explique mot pour mot ce qu'il s'est passé. 
Laurent met sa tête dans ses mains et soupire avant de dire :
-"Il faut lui laisser le temps. Il faudrai lui trouver une monture pas mal, dont elle n'a pas peur; et en qui elle aura confiance..." 
-"Ça fait déjà 3 ans que ça dure... Va peut-être falloir passer à la vitesse supérieure, si on ne veut pas que ses parents se posent encore plus de questions...", pointe Matthieu,"Quel cheval tu lui donnerai ?" demande t-il.
-"Icare ou Vicky...", bafouille Laurent, "Non, peut-être pas Vicky... Euh... Silver ?"
-"Bon, on verra plus tard pour le dada...", répond Matthieu, voyant que le directeur n'est pas très sûr de lui, "mais déjà, il faut qu'elle prenne des cours particuliers !"
Laurent brandit déjà le téléphone, composant le numéro de la mère de Laurine.